Travailleur migrant violemment interpellé durant la messe pour les travailleurs agricoles

Travailleur migrant violemment interpellé durant la messe pour les travailleurs agricoles à l’Oratoire St-Joseph « Centre des travailleurs et travailleuses immigrants / Immigrant Workers Centre (CTI-IWC)

Photo3 by edson emilio

Montréal le 17 juillet 2012- Le travailleur migrant et activiste Noé Arteaga Santos a été violemment interpellé et détenu durant une messe donnée aux travailleurs agricoles migrants à l’Oratoire St-Joseph.

Monsieur Arteaga Santos était présent à la messe, en compagnie de membres de Dignidad Migrante, Mexicains unis pour la régularisation et du Centre des travailleurs et travailleuses immigrantEs, qui ont présenté une conférence de presse afin de sensibiliser le public aux conséquences de la loi c-38, entrée en vigueur dernièrement, sur l’accès à l’assurance emploi pour les travailleurs migrants. Durant la messe,  alors que les travailleurs étaient invités à témoigner de leur expérience migratoire, Monsieur Arteaga Santos s’est approché de l’autel pour demander la parole, ce que le prêtre lui a consenti. Cependant, dès qu’il a commencé à parler de son histoire et de l’exploitation dont il avait fait l’objet, il a été rapidement interrompu par les organisateurs de l’évènement, qui lui ont ordonné de quitter l’autel. Alors qu’il persistait dans son intention de s’adresser à l’audience, des membres de l’équipe de sécurité de l’Oratoire l’ont saisi par les bras et l’ont forcé à descendre. Malgré le fait qu’il n’ait jamais été en état d’arrestation, il a été détenu dans une pièce de l’Oratoire pendant que des employés de la sécurité de l’endroit s’entretenaient avec la police. À aucun moment il ne lui a été permis d’adresser la parole à ses amis et camarades, ni d’avoir accès à un avocat avant d’être questionné par la police.

« Les autorités de l’Église cherchaient à m’arrêter pour avoir « perturbé la paix » et prétextant que j’avais pris la parole sans permission et dans un lieu privé » a expliqué Monsieur Arteaga Santos. « Ils m’ont aussi dit qu’ils désapprouvaient ma « politisation » de l’évènement », a-t-il continué, mentionnant que les gardes de sécurité avaient mobilisé, comme justification pour le détenir, le fait qu’il portait le carré rouge en solidarité avec la grève étudiante.

Monsieur Arteaga Santos a été relâché environ une heure plus tard. Même si aucune charge n’a été retenue contre lui, il est demeuré marqué par plusieurs ecchymoses aux deux bras suite aux mauvais traitements que lui ont infligés les gardes de sécurité de l’Oratoire.

« Il est consternant et inacceptable qu’un tel incident se soit produit lors d’un évènement qui est supposément organisé pour apporter du support aux travailleurs migrants », a souligné Monsieur Arteaga Santos. « Je crois que ça démontre bien à quel point les travailleurs migrants sont la cible de répression lorsqu’ils tentent de parler de l’exploitation dont ils font l’objet dans le cadre de leur travail. »

Photos: Dignidad Migrante

Source: Centre des travailleurs et travailleuses immigrantEs

www.iwc-cti.ca

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s