Monthly Archives: July 2012

Travailleur migrant violemment interpellé durant la messe pour les travailleurs agricoles

Travailleur migrant violemment interpellé durant la messe pour les travailleurs agricoles à l’Oratoire St-Joseph « Centre des travailleurs et travailleuses immigrants / Immigrant Workers Centre (CTI-IWC)

Photo3 by edson emilio

Montréal le 17 juillet 2012- Le travailleur migrant et activiste Noé Arteaga Santos a été violemment interpellé et détenu durant une messe donnée aux travailleurs agricoles migrants à l’Oratoire St-Joseph.

Monsieur Arteaga Santos était présent à la messe, en compagnie de membres de Dignidad Migrante, Mexicains unis pour la régularisation et du Centre des travailleurs et travailleuses immigrantEs, qui ont présenté une conférence de presse afin de sensibiliser le public aux conséquences de la loi c-38, entrée en vigueur dernièrement, sur l’accès à l’assurance emploi pour les travailleurs migrants. Durant la messe,  alors que les travailleurs étaient invités à témoigner de leur expérience migratoire, Monsieur Arteaga Santos s’est approché de l’autel pour demander la parole, ce que le prêtre lui a consenti. Cependant, dès qu’il a commencé à parler de son histoire et de l’exploitation dont il avait fait l’objet, il a été rapidement interrompu par les organisateurs de l’évènement, qui lui ont ordonné de quitter l’autel. Alors qu’il persistait dans son intention de s’adresser à l’audience, des membres de l’équipe de sécurité de l’Oratoire l’ont saisi par les bras et l’ont forcé à descendre. Malgré le fait qu’il n’ait jamais été en état d’arrestation, il a été détenu dans une pièce de l’Oratoire pendant que des employés de la sécurité de l’endroit s’entretenaient avec la police. À aucun moment il ne lui a été permis d’adresser la parole à ses amis et camarades, ni d’avoir accès à un avocat avant d’être questionné par la police.

« Les autorités de l’Église cherchaient à m’arrêter pour avoir « perturbé la paix » et prétextant que j’avais pris la parole sans permission et dans un lieu privé » a expliqué Monsieur Arteaga Santos. « Ils m’ont aussi dit qu’ils désapprouvaient ma « politisation » de l’évènement », a-t-il continué, mentionnant que les gardes de sécurité avaient mobilisé, comme justification pour le détenir, le fait qu’il portait le carré rouge en solidarité avec la grève étudiante.

Monsieur Arteaga Santos a été relâché environ une heure plus tard. Même si aucune charge n’a été retenue contre lui, il est demeuré marqué par plusieurs ecchymoses aux deux bras suite aux mauvais traitements que lui ont infligés les gardes de sécurité de l’Oratoire.

« Il est consternant et inacceptable qu’un tel incident se soit produit lors d’un évènement qui est supposément organisé pour apporter du support aux travailleurs migrants », a souligné Monsieur Arteaga Santos. « Je crois que ça démontre bien à quel point les travailleurs migrants sont la cible de répression lorsqu’ils tentent de parler de l’exploitation dont ils font l’objet dans le cadre de leur travail. »

Photos: Dignidad Migrante

Source: Centre des travailleurs et travailleuses immigrantEs

www.iwc-cti.ca

‘Remembering the Dead, Standing up for the Living’ March and Vigil to Commemorate the Hampstead Accident

J U S T I C E for Migrant Workers

Six months have passed since the tragic accident that killed eleven people near Hampstead, Ontario. Amongst the dead were 9 migrant chicken catchers from Peru. The impact of this accident has been felt across the hemisphere as families struggle to cope in the wake of this accident. To commemorate the sixth month anniversary, Justicia for Migrant Workers (J4MW) is organizing a March and Vigil entitled “Remembering the Dead, Standing up for the Living”. It will take place Sunday July 22, 2012 starting at noon.

Working with the survivors of the accident, the march and vigil is being organized to raise awareness of the thousands of migrant workers who have been injured, become or sick while working in Canada. 

The survivors of the crash, Javier and Juan, wish to break the invisibility not only of their situation but to raise the profile of the conditions faced by migrant workers across Canada. Their message is clear: Federal and Provincial laws designed to protect migrant workers don’t work! Fundamental steps need to be taken to ensure that migrant workers are treated with respect and dignity. Our demands are as follows:

  • Safe working conditions
  • Status upon arrival
  • No fees for work
  • Equal access to all entitlements
  • Modernize labour laws to reflect the realities of migrant workers
  • No repatriations and deportations

We are asking you to join us on Sunday July 22nd, please organize within your community by

  1. Organizing a group to attend the march
  2. Providing support either rides or financial to bring migrant workers to this event
  3. Demanding action to protect migrant workers from both provincial and federal politicians
  4. Sending a message of solidarity to the survivors and to the migrant workers who will participate in this event
  5. Endorsements from your organization
  6. Help us to spread the word in your networks and social media connections,
  7. For monetary contributions send cheque

Justicia for Migrant Workers
c/o Workers Action Centre
720 Spadina Avenue, Suite 223
Toronto, ON M5S 2T9, Canada

Fundraising letter for your local/community group***

Click here for more background:

http://j4mw.tumblr.com/post/26601413535/community-call-out-march-vigil-to-commemorate-the

Spanish Poster and Call Out

Labour movement no fan of temporary foreign worker program

EDMONTON – Canadian governments have long used temporary foreign workers to shore up labour markets during economic boom times, but advocates disagree about the impact of such programs.

The federal government on Monday announced changes to Alberta’s temporary foreign worker pilot program, which allows companies to hire some skilled tradespeople without having to prove that there are no Canadians to fill the jobs.

Alberta is expected to experience severe labour shortages in the coming years, with some government estimates suggesting the province could be short more than 100,000 workers. The program is expected to help address that shortage.

Labour movement no fan of temporary foreign worker program

Migrant workers deserve to be treated with fairness and equity

The parking lot near St. Michael’s Church in Leamington is full but not with cars — with bicycles — the only mode of transportation most temporary foreign workers can afford. Many have ridden 30 minutes, one-way, to attend mass and socialize with their fellow workers. Others have arrived on buses. It is the only chance they have to see each other all week.

This day is special. The workers have gathered to celebrate the 10th anniversary of the Agricultural Migrant Workers Support Centre. But the celebration is overshadowed by concerns with changes to the Temporary Foreign Workers Program (TFWP) that were announced by Human Resources and Skills Development Canada (HRSDC) and Citizenship and Immigration Canada (CIC) at the end of April — the changes were part of the recently passed federal budget.

How much do Canadians know about the lives of these men and women? Do they know, for example, that they leave behind loved ones and communities for months at a time to travel thousands of miles from their homes to earn a living by helping us to produce our food and to take care of our children, elderly and disabled?

Read more: Migrant workers deserve to be treated with fairness and equity – thestar.com

 

Enquête sur de présumés échanges irréguliers de travailleurs étrangers

Exclusif – Service Canada enquête actuellement sur deux entreprises qui se seraient échangé des travailleurs étrangers sans permis, a appris Radio-Canada.

Les autorités canadiennes ont appris le 14 juin dernier que l’entreprise Services Paysagers Martin Gagné embauchait des travailleurs étrangers sans y être autorisée.

La semaine dernière, les employés étrangers étaient toujours en poste. Deux d’entre eux, des Guatémaltèques, affirment travailler pour Jean Lemay, un propriétaire agricole qui les envoie travailler chez Martin Gagné quand il manque d’offre de travail de son côté.

Lorsqu’il a été interrogé par Radio-Canada, Martin Gagné a assuré qu’il faisait affaire avec une agence pour l’emploi de son personnel. Mais selon les informations recueillies, c’est bien avec la Ferme Jean Lemay, qui embauche près de 200 travailleurs étrangers saisonniers, qu’il fait affaires.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2012/07/10/011-entreprises-gagne-lemay-immigrants.shtml